A court d’arguments, Ferrand instrumentalise (encore) l’antisémitisme

Évoquer la banque Rotschild en parlant du parcours d’Emmanuel Macron serait donc antisémite… On en est là.

Les faits sont pourtant têtus. Macron a bien effectué un parcours totalement hors-sol en quatre étapes :

  1. Grandes écoles
  2. Haute fonction publique
  3. Banque d’affaires
  4. Politique

Ce pantouflage chez Rotschild lui a permis de gagner 2,4 millions d’euros en 2 ans, étrangement disparus de sa déclaration de patrimoine au moment de l’élection présidentielle.

Ce sont là des faits, qui nous font nous poser de nombreuses questions sur le parcours, la morale, les convictions ou la capacité de gestionnaire du président de la République. Le fait que la banque en question porte le nom de son fondateur juif n’a rien à voir là-dedans.

Et d’ailleurs, pour aller plus loin, voir de l’antisémitisme dès qu’on évoque quoi que ce soit ayant vaguement à voir avec le judaïsme, ne serait-ce pas là la forme la plus sournoise de racisme ?

C’est la remarque de Ferrand qui est antisémite. Voilà la vérité.

Fiche wikipédia d’Emmanuel Macron